151 livres paraissent, ce printemps, qui commémorent le cinquantenaire de Mai 68, preuve s’il en est de l’importance de ce moment de bascule de la société française.
Cinquante ans après, quel regard portons nous sur mai 68 ?
Bilans, témoignages et analyses ont permis de construire une mémoire collective. Place aujourd’hui aux historiens et chercheurs qui, avec le recul rendent aux événements leur consistance et complexité.
Violence sans limites, haine raciste, repli identitaire, le mal semble progresser partout.
Des ouvrages pour questionner : qu’est-ce que le mal, d’oú vient-il , d’oú vient que nous fassions le mal, comment en parler, comment dire l’innommable ?
Et pour comprendre comment l’impensable arrive mais aussi comment déjouer les projets des futurs systèmes criminels susceptibles de nous menacer.
Comment s’informer de façon fiable pour comprendre notre monde en évitant les pièges de la désinformation, de la propagande et de la théorie du complot ?
Les médias, muselés dans les dictatures, contrôlés par le capitalisme industriel ou incontrôlables sont-ils encore un contre pouvoirs ou un journalisme de révérence ? La question n’est pas nouvelle mais la numérisation du monde et, sa face sombre, fausses informations, radicalisation des opinions, violence des échanges, inquiète.
Les systèmes automatisés ont envahi notre quotidien via les applications pour smartphones, les GPS, les objets connectés, les robots ou drones domestiques.
Ces robots nous promettent-ils le meilleur ou le pire des mondes ?
Qu’est-ce que l’homme à l’heure où l’on pourra bientôt remplacer ses organes par des machines intelligentes, voire transférer son cerveau sur des super-ordinateurs ?
Cédera-t-il la place dans un futur proche à des créatures de son invention, mi-machines, mi-organismes, posthumains issus du croisement des biotechnologies, des nanotechnologies, de l’intelligence artificielle et de la robotique ? Cette perspective relève chaque jour un peu moins de la science-fiction et fait rêver les uns tandis qu’elle inquiète les autres.
empty